Ophtalmologie

Présentation du service

Le service d’ophtalmologie de la maison de santé protestante de Bordeaux Bagatelle est composé de deux ophtalmologistes et de deux orthoptistes.
Nous délivrons des soins concernant portant sur

  • la réfraction (lunettes, adaptation de lentille de contact,
  • l’ophtalmologie médicale (uvéite, glaucome, DMLA, diabète…),
  • la chirurgie de la cataracte,
  • la chirurgie réfractive (chirurgie de la myopie, de l’hypermétropie, de l’astigmatisme, de la presbytie),
  • la chirurgie des paupières (blépharroplastie, chirurgie du ptosis, entropion, ectropion),
  • la chirurgie des voies lacrymales.

Equipe médicale et paramédicale

Docteur Xavier BURELLE, ophtalmologiste :

  • ancien assistant des hopitaux militaires,
  • ancien spécialiste des hopitaux militaires,
  • expert à la cours d’appel de Bordeaux,
  • DIU de cataracte et chirurgie réfractive, DIU de chirurgie orbito-lacrymo-palpébro-nasale,
  • Membre de la société Française d’ophtalmologie, de la SAFIR, de la SOPREF,
  • Dommaine de compétence : chirurgie de la cataracte, chirurgie réfractive, chirurgie des paupières et des voies lacrymales, ophtalmologie médicale.

Docteur Lémy AGBESSI, ophtalmologiste :

  • ancienne interne des hôpitaux de Bordeaux,
  • ancienne assistante des hôpitaux,
  • DIU de chirurgie réfractive et de la cataracte, DIU de glaucome, DIU d’angiographie et pathologies rétiniennes.,
  • Membre de la Société Française d’ophtalmologie et de la société européenne de chirurgie de la cataracte et refractive
  • Domaine de compétence : Chirurgie de la cataracte, chirurgie palpébrale, prise en charge des glaucomes, prise en charge des pathologies rétiniennes de la rétine : DMLA, diabète

Madame Aude WOLOSKOWSKI, orthoptiste, opticien

  • Domaine de compétence : adaptation de lentille de contact, réfraction, examens orthoptiques

Madame Chloé LINET, orthoptiste

  • Domaine de compétence : réfraction, examens orthoptiques

Les interventions classiques

La chirurgie de la cataracte :

La cataracte est une opacification du cristallin responsable d’une baisse visuelle, d’éblouissements d’altération de vision des couleurs ou d’une sensation de flou visuel de loin, la vision de près étant généralement conservée.
Une fois la cataracte présente, le seul traitement est une intervention chirurgicale dont le but est de retirer le cristallin opacifié et de le remplacer par un implant.

La chirurgie est réalisée, en règle générale, sous anesthésie locale, au bloc opératoire, en ambulatoire (hospitalisation de quelques heures). Elle consiste à enlever le cristallin opacifié et le remplacé par un cristallin artificiel, appelé implant.
Cet ablation du cristallin est réalisée avec un microscope opératoire.
L’implant monofocal classique permet de « régler » la correction de l’œil pour une distance de netteté. Le réglage « en vision de loin » permet au patient opéré de ne pas porter de verres de lunettes après l’intervention pour la conduite, la télévision, etc… En revanche, une aide optique pour la vision de près demeure nécessaire.  Il est également possible de choisir un implant dont la puissance permet au patient de lire sans lunettes. Dans ce cas, une correction pour la vision de loin est nécessaire.
La présence d’un fort astigmatisme peut également être une indication à la pose d’un implant torique (implant correcteur d’astigmatisme).
Certains implants dits « multifocaux » sont conçus pour permettre de voir à la fois de loin et de près sans lunettes. Cependant, le port de lunettes d’appoint pour la vision de près est le plus souvent nécessaire pour une lecture prolongée. La pose de ces implants multifocaux peut être envisagée à condition d’éliminer certaines contre-indications. Les implants toriques et multifocaux ont un coût plus élevé que les implants monofocaux classiques, et une partie de leur montant est à la charge du patient.

» Consulter la fiche d'information

Chirurgie réfractive :

La chirurgie réfractive permet la correction des erreurs réfractives, c'est-à-dire des défauts optiques qui obligent les patients à porter des lunettes ou lentilles pour voir net. Le but de la chirurgie réfractive est de permettre au patient de mieux voir sans lunettes et lentilles, c'est-à-dire de réduire la dépendance à la correction optique. Elle peut concerner la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie.
Ces défauts visuels se corrigent par le port de verres correcteurs ou de lentille de contact.
Toutefois si vous ne supportez pas les lunettes et lentilles, vous pouvez solliciter une chirurgie réfractive c’est-à-dire au laser.

Si aucune contre-indication, comme la formation d’un kératocône n’est observée, alors votre médecin peut vous proposer une intervention.
La décision de s’engager dans une opération de chirurgie réfractive doit émaner du patient. Le chirurgien ophtalmologiste viendra apporter une réponse chirurgicale au patient seulement si le bilan préopératoire est favorable et si les attentes du patient sont conformes aux résultats envisagés après l’intervention.

Les deux techniques laser les plus utilisées pour la correction des défauts optiques sont le LASIK et la PKR.  Dans les deux cas, la cornée est sculptée par le laser excimer. Dans le cas du LASIK, la sculpture est réalisée « en profondeur », sous un capot qui est préalablement découpé avec un premier laser (appelé laser femtoseconde). En PKR, le laser est délivré sur la surface de la cornée (après retrait de l’épithélium, qui est une petite couche de cellules superficielles) : il n’y a pas de découpe de capot.

Votre chirurgien saura déterminer quelle(s) technique(s) opératoire(s) est la mieux adaptée à votre cas. Ainsi il n’y a pas de « meilleure » technique en général, mais il existe parfois une technique « meilleure » pour un patient particulier. Le choix de la technique la plus adaptée est du ressort de votre chirurgien et constitue la première étape « clé » du traitement. La sécurité est le paramètre clé pour choisir entre les différentes techniques possibles chez un patient donné.

» Consulter la fiche d'information

Chirurgie des pathologies palpébrales :

En général, les opérations sont réalisées sous anesthésie locale en chirurgie ambulatoire.

Tumeurs de la paupière :

La Fondation Bagatelle prend en charge les tumeurs de la paupière, qui peuvent être bénignes (kyste sébacé, papillome, naevus, hydrocystome…) ou malignes (carcinome baso-cellulaire, épidermoïde, sébacé…). Leur traitement repose sur une ablation chirurgicale plus ou moins large en fonction du type de tumeur et de sa localisation, associée à une reconstruction de la paupière en cas d’incision large.

» Consulter la fiche d'information

Ptosis (abaissement de la paupière) :
Le ptosis est la chute du bord de la paupière supérieure. Il est lié à un déficit du muscle releveur de la paupière supérieure. On distingue plusieurs causes : vieillissement, origines congénitale, neurologique, traumatique, musculaire. Son traitement est chirurgical : il consiste le plus souvent à un raccourcissement ou une plicature du muscle releveur de la paupière supérieure.

» Consulter la fiche d'information

Malposition des paupières :

Parmi les autres pathologies rencontrées, les entropions (paupière qui se retourne vers l’œil) et les ectropions (paupière qui se retourne vers l’extérieur) sont très fréquents. Le plus souvent, ils sont liés à un relâchement des tissus. En cas d’entropion, la paupière inférieure se retourne sur elle même, ce qui entraîne un frottement des cils sur l’œil. L’ectropion consiste en une éversion de la paupière inférieure vers l’extérieur. Leur traitement est chirurgical : l’intervention consiste à retendre la paupière afin de positionner correctement le bord de la paupière.

» Consulter la fiche d'information Chirurgie des anomalies des paupières liées à l'âge
» Consulter la fiche d'information Chirurgie esthétique des paupières ou blépharoplastie esthétique

Vous souhaitez prendre RDV

Secrétariat : 05 56 84 70 92